La laine d’acier

Petit post pour faire l’apologie de la laine d’acier. De mon point de vue, cet allume-feu artificiel est probablement l’un des plus efficaces. Il présente de multiples avantages qui ne peuvent que justifier son incorporation dans un kit de « survie ». Il est léger et peu encombrant, il capte facilement les étincelles, qu’elles soient de nature thermique ou électrique. Il est possible, également de l’allumer, en générant de la chaleur par un court-circuit ou par réfraction solaire. Seul bémol, il se consume très rapidement, c’est pourquoi il est conseillé d’anticiper son transfert en préparant à l’avance un nid fait d’herbes sèches, d’aiguilles de pin, etc.
Petit tour d’horizon en images de quelques modalités d’allumage auxquelles se prête la steel wool.

Avec une pile de 9 volts : certainement, la méthode la plus connue.

DSC05713  DSC05722

Avec une batterie de téléphone portable : Celle là, je la trouve fun, et en plus pas besoin de payer l’application.

DSC05705  DSC05721

Avec une loupe : je ne l’ai pas précisé plus haut, mais le résultat s’avère également positif en utilisant une surface réfléchissante concave (phénomène de la réflexion solaire).

DSCF0739  DSCF0742

Avec un briquet à silex et acier : dans le même registre, on peut utiliser un briquet à silex et pyrite.

DSCF0735  DSCF0737

Petite consigne de sécurité avant de conclure : le stockage de la laine d’acier doit interdire tout contact avec la moindre batterie susceptible de provoquer un court-circuit accidentel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>